Structure Fédérative d'Études et de Recherches en Éducation de Provence

Appel à communications Colloque SFERE-Provence 2018

« Apprentissage et Education » Conditions, contextes et innovations pour la réussite scolaire, universitaire et professionnelle
11-13 avr. 2018 Marseille (France)

Ce colloque est organisé par la Structure Fédérative d'Études et de Recherches en Éducation de Provence (SFERE-Provence FED 4238) d'Aix-Marseille Université. Son objectif est le décloisonnement disciplinaire afin de développer les connaissances dans les secteurs de l’enseignement, l’éducation et la formation, que ce soit sur les organisations scolaires ou les systèmes institutionnalisés de formation. Associant plusieurs laboratoires de l'université, la fédération permet une plus grande visibilité des politiques de recherche conduites, et par voie de conséquence, une amélioration de la coordination et des portées sociales et scientifiques des recherches en Education.

Le colloque entend interroger les conditions de la réussite scolaire à travers 4 axes :
L’Axe 1 « Compétences langagières et communication » vise à mettre en lumière l’importance des compétences langagières et communicationnelles pour le développement des compétences fondamentales.
L’Axe 2 « Usages du corps et éducation » s’intéresse aux approches interdisciplinaires des usages du corps dans l’activité élève/apprenant-enseignant/formateur, en contextes d’enseignement, d’éducation et de formation.
L’Axe 3 « Territoires, trajectoires et mobilités » pose la question des inégalités de trajectoires scolaires, d’origine sociale et migratoire.
L’Axe 4 « Créativité et innovation » permet de s’intéresser à l’innovation pédagogique dans différents dispositifs d’enseignement/apprentissage.

Chacun de ces axes vise à l'interdisciplinarité dans ces recherches tout en respectant les spécificités des disciplines convoquées. L'ensemble des niveaux d'études sont abordés (Primaire, secondaire et supérieur). Les travaux à portée internationale seront vivement appréciés. Deux types de communications sont admises : les recherches empiriques et les états de l'art ou de la littérature.

 

Axes Thématiques du colloque

Axe 1 : Compétences langagières et communication  
Coordonné par : Marie-Laure Barbier (PSYCLE) et Johannes Ziegler (LPC)
Les évolutions actuelles autour d’une « économie de la connaissance » conduisent à la multiplication des informations partagées, des genres de textes publiés, des types d’usagers, des outils de communication, des contacts interculturels et inter-linguistiques. Elles se caractérisent par une communication entre individus de tous horizons géographiques, appelés à interagir et à résoudre des problèmes complexes. Dans ce cadre, les compétences langagières et communicationnelles n’ont jamais autant été sollicitées, à l’écrit en particulier, et les recherches sur le développement des compétences fondamentales en litéracie sont un sujet de préoccupation urgente à l’échelle européenne (Europe 2020, ISCH COST Action IS1401, ISCH COST Action IS1404). Cet axe thématique renvoie ainsi à une réflexion globale sur le développement des capacités cognitives adaptées engagées en situations de lecture, d’écriture et de communication à distance, sur la pluralité des pratiques langagières à l’écrit, qu’elles soient individuelles ou collaboratives, sur la diversité de ces pratiques en contextes scolaires ou professionnels, et sur leur éventuelle didactique. Il invite à l'interdisciplinarité, afin de croiser différents niveaux de recherche tout en respectant les spécificités des disciplines convoquées (psycholinguistique, sciences du langage, sciences de l’éducation, sciences de l’information et communication, sociologie, etc.). Il vise à favoriser le dialogue et la convergence des études qui questionnent le développement des compétences langagières et communicationnelles dans une perspective d’éducation. 

Mots-clés : Lecture ; Ecriture ; Pratiques langagières ; Communication à distance ; Didactique de l’écrit

 

Axe 2 : Usages du corps et éducation 
Coordonné par : Mariagrazia Cairo Crocco (CEPERC), Pascal Simonet (ADEF) et Jean Luc Velay (LNC)
D’un point de vue anthropologique, le corps est « le premier et le plus naturel instrument de l’homme » (Mauss, 1934/1950, p. 372). Il est à la fois « un donné et un produit » (Canguilhem, 1990/2002) ce qui interroge les usages dans cette double dimension.

Les questions relatives aux usages du corps relèvent de disciplines diverses (philosophie, anthropologie, histoire, sociologie, psychologie, neurosciences) qui permettent de produire des connaissances en mobilisant différentes approches. Dans ce cadre, le domaine de l’éducation (et de la formation) est emblématique car il permet de saisir les relations au corps telles qu’elles se sont historiquement construites et telles qu’elles se déploient d’abord dans l’institution scolaire et dans les milieux de formation, puis, plus largement, dans l’espace social.

Par exemple, dans le contexte théorique de la cognition incarnée (embodied cognition), certains auteurs suggèrent de repenser la façon dont nous abordons l’éducation en redonnant une place centrale au corps dans l’activité des élèves ou des apprenants. D’autres approches, dans les sciences humaines et sociales, examinent les usages du corps dans l’interactivité enseignant-élève, formateur-apprenant en situation d’apprentissage (ergonomie de l’activité des professionnels de l’éducation ; clinique de l’activité ; didactique professionnelle…).

Des communications provenant de différents champs disciplinaires seront accueillies afin d’étudier le corps en relation au genre ; les liens entre corps émotions et affects ; l’investissement du corps dans la conception de la laïcité ; la place du corps dans l’éducation à la santé ; la question du corps dans le cadre du handicap ; l’engagement du corps dans les arts et dans les activités physiques et sportives…

Quelles réflexions et quelles recherches sont conduites sur ces questions et quelles réponses apportent-elles au monde éducatif? Quels sont les buts, les méthodologies, les résultats et les limites de ces recherches? Quels apports peut-on attendre de leurs regards croisés?

Mots-clés : Corps ; Activité ; Apprentissages ; Travail enseignant

 

Axe 3 : Territoires, trajectoires et mobilités  
Coordonné par : Noemie Olympio (ADEF), Caroline Hache (ADEF) et Magali Ballatore (LAMES)
L’analyse des trajectoires scolaires fait l’objet en France, mais également à l’échelle internationale, d’une grande attention, comme en atteste notamment la multiplication des données quantitatives sur le sujet (enquête de la DEPP, enquête Génération, phénomène de « panelisation » des données PISA dans certains pays etc). Les analyses longitudinales, qualitatives ou quantitatives, permettent en effet de mettre en lumière la complexité des parcours et un certain nombre d’inégalités. Les logiques de concurrence et la mobilité (ou la non mobilité) sont, par ailleurs, de plus en plus étudiées de manière comparative entre différents espaces et segments éducatifs à l’intérieur d’un même pays et/ou entre plusieurs pays (Ballatore, 2010 ; Felouzis, Maroy, Van zanten, 2013 ; Courty, 2014 ; Pasquali, 2014). Ces recherches font ressortir des problématiques nouvelles relatives à la mise en compétition des établissements par des politiques publiques convergentes en Europe, qui ne sont pas sans effet sur le poids grandissant de l’héritage social dans les trajectoires d’acteurs, ainsi que sur la spatialisation renouvelée d’inégalités de ressources éducatives entre territoires.

Au sein du système éducatif français, ces inégalités de trajectoires, d’origine sociale et migratoire, sont avérées. La structure scolaire peine actuellement à offrir à l’ensemble des élèves des conditions équitables de réussite (rapport CNESCO, 2016). Les configurations socio-économiques des territoires, leurs histoires, leurs caractéristiques impactent alors directement ou indirectement la trajectoire scolaire des jeunes. Le territoire influence non seulement la réussite scolaire des élèves mais également leurs ambitions. Ces derniers, en fonction du lieu de scolarisation, ont un parcours, des aspirations scolaires, ainsi qu’un rapport à la mobilité différents. Depuis quand, comment et dans quels contextes politiques cette situation évolue, les inégalités se perpétuent ou se résorbent?

Les politiques éducatives, le décrochage scolaire et son histoire, les migrations/mobilités scolaires passées et actuelles, le poids du milieu social mais également les formations par alternance et l’insertion des jeunes diplômés sont autant de thèmes qui seront débattus dans cet axe de recherche, et cela, de manière comparative entre différents pays. L’objectif est la confrontation de plusieurs disciplines (l’économie, la sociologie, les sciences politiques et de l’éducation, l’histoire et la géographie principalement) sur ces questions en mettant perspectives des travaux portant sur différents moments de l’histoire et différents moments la trajectoire scolaire (de l’enseignement primaire à l’enseignement supérieur).

Mots-clés : Mobilités/ Trajectoires ; Politiques éducatives ; Inégalités

 

Axe 4 : Créativité et innovation  
Coordonné par : Martine Gadille (LEST) et Marco Cappellini (LPL), Eric Tortochot (ADEF) et Jean-François Hérold (ADEF) 
Cet axe vise à interroger la pertinence de l’idée d’innovation pédagogique (Walder, 2014) comme processus inscrit dans les situations d’enseignement/apprentissage avec notamment l’introduction du numérique et/ou d’espaces innovants. Les espaces innovants sont ici conçus comme des espaces physiques et/ou virtuels ayant fait l’objet d’une co-conception permettant aux usagers des nouvelles pratiques de partage et de co-construction des savoirs (processus de méta-conception [Mailles-Viard Metz, Loisy & Leiterer (2011)]). La diffusion prescrite ou spontanée d’innovations pédagogiques invite à comprendre comment s’élaborent de nouvelles stratégies individuelles et/ou collectives pour enseigner ou pour apprendre (Albero & Safourcade, 2014). Il faut comprendre le processus d’innovation en situation d’enseignement-apprentissage comme une activité adaptative à la situation d’un opérateur qui interprète la tâche et la met en acte tant sur le plan des actions physiques que sur celui des processus de pensée (Bertone & Saujat, 2013).
Cette adaptation s’appuie elle-même sur des compétences d’enseignement mobilisées de manière adéquate dans une situation mais non reproductible à l’identique dans une autre situation.

Les études proposées dans cet axe pourront interroger en particulier les articulations entre innovation technique et innovation des usages (Paquelin, 2009), ainsi que les processus qui conduisent les enseignants à concevoir des situations d’enseignement-apprentissages toujours nouvelles. La transformation de l’activité des enseignants et des élèves/étudiants peut être étudiée sous l’angle de l’appropriation de la prescription, mais aussi de la résistance ou du détournement de l’objet technique et/ou des espaces innovants. Plusieurs dimensions pourront être abordées, relatives aux différents acteurs de l’éducation : 
1. la (co-)construction des rationalités en actes concernant le travail éducatif et la didactique des disciplines ;
2. les constructions des rapports aux savoirs dans leurs composante identitaire et épistémique ;
3. la co-conception et la créativité des enseignants et des élèves/étudiants en situation d’apprentissage

Cet axe invite à l’interdisciplinarité, afin de croiser différents niveaux de recherche tout en respectant les spécificités des disciplines convoquées (sciences de l’éducation, sciences du langage, sciences de l’information et communication, économie, sociologie, psychologie, psychologie du travail, ergonomie, etc.).

Mots-clés : Innovation pédagogique ; Espace innovant ; Environnement d’apprentissage ; (Co-) Conception ; Usages

Comité Scientifique
Axe 1:
Lucile Chanquoy (Université de Nice, France)
Marielle Leijten (Université d'Anvers, Belgique)
Victoria Johansson (Lund University, Suède)
Axe 2:
Céline Chatigny (Université du Québec à Montréal, Canada)
Guillaume Durand (ESPE Nantes, France)
Patrizia Magnoler (Université de Macerata, Italie)
Axe 3:
Jean-Yves Rochex  (CIRCEFT, Université Paris 8, France)
Marco Pitzalis  (University of Cagliari, Italy)
Mostafa Tarek  (University College, London, )
Axe 4:
Christopher Dede (Harvard Graduate School of Education, Massachusetts)
Denis Bédard (Université de Sherbrooke, Québec, Canada)
Sylvie Cartier (Université de Montréal, Canada) 

Conférenciers invités
Axe 1:
José Moraïs (Université Libre de Bruxelles)
Axe 2:
Manlio Iofrida (Università di Bologna, Bologna)
Axe 3:
Andy Green (University College London, London)
Axe 4:
Christopher J. Dede (Harvard Graduate School of Education, Massachusetts)

 

Présentation du résumé
Les propositions de résumés sont à déposer sur le site du colloque  du 18 avril 2017 au 23 septembre 2017.
Le résumé devra respecter les normes exigées dans la communauté de la recherche en éducation et utiliser la feuille de style fournie. Les résumés ne répondant pas à ces normes ne pourront pas être envoyés aux lecteurs.

Présentation du résumé : Méthodologie, principaux résultats et discussion, conclusion, bibliographie.

En plus du résumé relatif à la communication, chaque auteur doit fournir un court C.V. (10 lignes maximum) qui sera envoyé dans un fichier à part.

Le comité d’organisation propose une feuille de style :

1ère étape de dépôt sur la plateforme (anonymé)Les résumés seront rédigés en français et en anglais

  • Les résumés ne devront pas excéder 500 mots (version française + anglaise, bibliographie non comprise) correspondant à environ 1 page A4 et s’appuyer sur la feuille de style jointe (police Times 12 pt ; paragraphes interligne simple, marges : gauche, droite, haut et bas : 2,5 cm).
  • Le titre général sera le plus court possible (≤ 60 caractères).
  • Les résumés seront déposés sur la plateforme sous format Word.
  • Les 5 références bibliographiques majeures seront placées après les résumés, présentées par ordre alphabétique en une liste unique non subdivisée par type de publication, selon les normes A.P.A. (5ème ou 6ème édition).

2ème étape de dépôt sur la plateforme (après acceptation du résumé par le comité scientifique et apports des éventuelles modifications demandées)

  • Après le titre, insérer les nom et prénom de l’auteur (ou des auteurs), fonction, institution d’origine, adresse, n° de téléphone, de fax, et adresse électronique.

Critères d’évaluation 

Les propositions seront évaluées par le comité scientifique en fonction des critères suivants :

1-     L’importance, l’originalité et la qualité des idées (4 points)

2-     La contribution au domaine (2 points)

3-     La pertinence de la démarche et de la méthodologie (3 points)

4-    Les références bibliographiques (1 point)

 

 Appel à communication Posters pour le "Prix Poster Doctorants et Jeunes docteurs"

Dans le cadre du colloque, SFERE-Provence lance également un appel à communication sous forme de posters auprès des doctorants et jeunes docteurs.

Deux sessions posters d’une heure chacune seront organisées. Chaque poster fera l’objet au cours de ces sessions, d’une présentation d’environ 5 mn en français ou en anglais (si les posters sont en anglais, la présentation se fera en français et vice-versa), suivie d’une discussion de 5 mn. Cette présentation se fera devant les membres du jury composé entre autres des conférenciers invités, qui évalueront les posters. À l’issue des délibérations, un prix du meilleur poster sera décerné par SFERE-Provence.

L’objectif de la communication par poster lors du colloque est de promouvoir des travaux de recherche des doctorants et des jeunes docteurs

Les problématiques de recherche des posters doivent s’inscrire en cohérence avec les 4 thématiques du "Colloque SFERE". L’auteur du poster se positionne sur l’un des 4 axes.

Les propositions de posters doivent être déposées sur le site du colloque  du 18 avril 2017 au 23 septembre 2017.

 

1ère étape de dépôt sur la plateforme (anonymé)

Format du poster (PowerPoint)

  • Format du poster final : A0
  • Format de soumission : A3
  • Orientation portrait
  • Marges libres
  • Police :
                   - Choix d’une police sans shérif (1 à 2 polices pour le document)
                   - Taille de police Texte : ≥ 30
                   - Taille de police  Sous-titres : ≥ 40
                   - Taille de police Titre : ≥ 64
  • Laisser un espace pour le bandeau
  • Définition des images 150-300 dpi
  • Fond uni (pas d’image en sous-impression)

 

Organisation du poster
Bandeau : laisser un espace bandeau (marge supérieure de 10 cm)

  • Axe thématique
  • TITRE
  • Objectifs
  • Méthodologie
  • Résultats
  • Conclusion

2ème étape de dépôt sur la plateforme (après acceptation du poster par le comité scientifique et apports des éventuelles modifications demandées)
Ajouter après la conclusion :  le Contact (Nom-Prénom-mail du doctorant / Ecole doctorale-Laboratoire / Directeur de thèse)

Engagement de présence
Lorsqu’un auteur ou un groupe d’auteurs présente(nt) une proposition de communication par poster qui a été retenue, il(s) s’engage(nt) à s’inscrire au colloque et à être présent(s), afin de présenter son(leur) travail aux participants.
Chaque auteur de poster sélectionné présentera son poster pendant 5 mn devant le jury. Cette présentation devra s’appuyer sur une diapositive, projetée lors de l’intervention.

Droits de publication
Les auteurs sélectionnés autorisent les organisateurs à diffuser le poster.

Calendrier
Ouverture du dépôt des résumés : 18 Avril 2017
Clôture du dépôt des résumés : 23 septembre 2017
Envoi des commentaires par les relecteurs : 23 novembre 2017
Ouverture des inscriptions au colloque: 1 septembre 2017
Date limite d'inscription au colloque: 10 mars 2018
Dates du Colloque : 11, 12 et 13 avril 2018
 

Tarifs Inscription colloque
Droits d’inscription Enseignants-Chercheurs communicants : 150€
Tarif Doctorants communicants: 60€*
Entrée libre pour les étudiants*
Participation Diner de Gala: 50

* joindre obligatoirement une copie de la carte d'étudiant de l'année en cours

       En savoir plus                 To learn more